Manlio Graziano ne s’occupe pas de théologie, il étudie les religions sous un angle politique. L’année 2013 aura été caractérisée par la démission du pape Benoît XVI et par l’élection de François, premier pape non européen. Graziano nous propose une analyse « laïque » de ces événements, avec une attention particulière pour le poids politique croissant de l’Eglise catholique dans le monde, et notamment dans le continent américain. Sans oublier son énorme influence sur la vie italienne.